10 façons de progresser en skate et d’étonner vos amis

Voilà 10 conseils à discuter ensemble pour pouvoir progresser en LDP. N’hésitez pas à réagir !

1-passer un maximum de temps sur un skate.

Aller chercher son pain, aller chez sa grand mère, aller bosser, etc. etc. Il faut toujours être sur son skate qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige.

Après cela, on va oublier la technique, toute appréhension et ça va devenir naturel de skater. Se forcer à switcher, pumper, slider, curver, freiner, accélérer est important au quotidien.

 

2-connaitre ses allures

Il faut réussir à répondre à la question : combien de temps j’arrive à maintenir un rythme donné.

Mesurer le rythme peut passer par :

  • Un cardio fréquencemètre (peu fiable)
  • Une montre GPS qui mesure la vitesse (peu fiable aussi)
  • Un chronomètre et des repères (le mieux mais le moins pratique)

Mais surtout ça passe par les sensations. Quel est mon rythme de respiration, est-ce que j’arrive toujours à respirer pour alimenter mes muscles ? Suis-je au dessus ? Suis-je bien en dessous ? Les muscles commencent-ils à me faire mal ? etc. etc.

 

3-douter de tout au niveau matos

Tu es convaincu que telle roue ou tel truck est le meilleur ? Tu as 99% de chance de te planter :). Tout simplement parce que dans 6 mois tu auras déjà changé d’avis.

Il faut donc avant tout miser sur toi même plutôt que sur le matos. Ne pas hésiter non plus à faire une session à plusieurs matos.

 

4-avoir son “home spot”

Avoir son spot permet d’avoir ses repères et donc de progresser dans sa connaissance de ses allures.

L’idéal étant une boucle dont on connait les temps de parcours (400m étant l’idéal).

sur mon home spot de 224m, je sais qu’en 31 secondes au tour j’arrive à tenir 12 minutes au taquet. 34 secondes c’est facile. 40 secondes c’est repos. 28 secondes c’est le sprint. Ensuite, je cherche à grappiller 1 seconde au tour au fur et à mesure de mes entraînements.

 

5-S’amuser et travailler la technique en même temps

Ne jamais hésiter à la fin d’une sortie à se faire 10min en goofy, ou alors tenter des choses bizarres sur un pied, faire du dancing sans se prendre la tête, faire n’importe quoi avec le paddle. Vous aurez peut être de bonnes surprises !

MiamiJeudi-44

6-varier sprint et endurance

L’erreur commune est de toujours aller à la même allure. Il faut impérativement varier ses sorties. En théorie, la bonne répartition serait :

  • Trés lent : 80% du temps
  • Rapide (allure comme sur un 20km) : 2% du temps
  • Sprint : 18% du temps

Généralement, nous sommes plutôt à 80% du temps en allure rapide 🙂 ==> Pas biennnn…..

 

7-sortir et rencontrer d’autres riders

Les autres riders ont leur propre histoire et ont trouvé des solutions différentes des vôtres. Cela doit être une source d’inspiration pour vous.

Bombrace-37

8-se trouver un plan d’entrainement et le suivre

Un plan d’entrainement se décompose en séance type. Il est facile d’en trouver un pour la course à pied et de l’adapter pour le skate.

Il faut être humble au début et bien suivre les rythmes imposés, sans trop en faire.

Si jamais on peut remplacer une séance de skate par de la course à pied ou de la natation, ne pas hésiter ! Les principes sont les mêmes !

 

9-ne pas faire que du skate

Le danger est de tomber dans une lassitude. Tout est bon à prendre !

 

10-douter de tout au niveau technique

Vous pensez peut être que vous avez le geste parfait, que ce soit en paddle, en pumping ou en pushing. Vous avez 99% de chance de vous planter. C’est un peu comme avec le matos.

Regardez comment font les autres et notamment les plus jeunes ou les enfants. Ils ont souvent l’instinct du geste efficace. Les champions aussi sont forcément une source d’inspiration.

N’hésitez pas non plus à vous filmer pour regarder les petites choses à améliorer.

Intéressez vous à la bio mécanique pour comprendre comment nous fonctionnons. Tout cela est très passionnant ! Ne passez pas à côté de cette occasion 😉

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils