Paddlade en Zélande par les Frérots paddleurs

Salut à vous,

Aujourd’hui, après notre paddlade en Zélande, puis notre deuxième balade urbaine à Knokke, nous décidons de tester le Land-Paddle campagnard, le country paddle, loin des foules et des flashs des passants étonnés.

En effet, aujourd’hui j’emmène Sam dans les polders à la périphérie de Bruges, dans un de mes coins d’entrainement (c’est un bien grand mot) préféré. C’est ici que je suis venu faire ma première balade en solo de plus de 10 km au tout début, c’est aussi ici que nous sommes venus avec Jérôme pour son initiation paddlistique. C’est un coin que j’aime bien, que je sais assez calme pour l’avoir fréquemment parcouru à moto. Ici nous n’aurons pas de pistes cyclables à notre disposition, nous roulerons sur des petites routes de campagne, mais celles-ci sont très peu fréquentées.

Nous prenons la paddlemobile pour à peine sortir de Bruges, nous faisons 8 kilomètres depuis chez moi pour nous arrêter dans la campagne derrière le ‘nouvel’ hôpital Sint-Jan, dans la Speistraat.

Après avoir longé quelques dizaines de mètres le canal de Bruges à Ostende, nous tournons à droite dans la Kleine Moerstraat. Il y a à cet endroit une toute petite descente. C’est un des endroits où j’ai débuté en pumping. Je profite en général de l’élan de cette petite descente pour m’entrainer ensuite à garder le momentum de la descente en tentant de pomper avec plus ou moins de succès. A partir d’ici, nous devons avancer plein Nord, perpendiculairement au canal.

Ensuite, nous nous retrouvons dans les polders de Meetkerke. Il y a quelques vaches dans les prés, un haras. Nous avançons tranquillement, et croisons un peloton de cyclistes à l’entrainement, et ça va, personne ne chute malgré leur surprise apparente en nous voyant sur nos planches avec nos drôles de bâtons.

Puis plus loin nous arrivons à un moulin. Nous en faisons le tour par la route pour faire une pose photo sur le petit pont de la Molenweg. Face à nous le Poldermolen (le moulin du polder) du 19eme siècle, et derrière nous une toute petite chapelle du 18eme siècle le long d’une piste cyclable qui longe le ru. Celle-ci étant en stabilisé, nous ne pouvons hélas pas la prendre.

Image provenant d'une autre balade

Image provenant d'une autre balade

Nous prenons notre élan en profitant de la petite descente du pont pour revenir quelques mètres sur nos traces pour ensuite continuer tout droit à l’Est sur la Molenweg.

La route est en bon état, et nous ne passons que 2 fermes. J’aime vraiment ce coin à 5 minutes de Bruges en voiture, où l’on se retrouve en pleine campagne. Nous continuons pour arriver à un croisement en T avec une chapelle de 1900 au milieu. Celle-ci est endommagée, un motard se l’est prise de face en pleine nuit, et n’a hélas pas survécu…

Nous ne faisons pas de pause, et prenons à gauche, sur la Mareweg. Il n’y a quasiment pas d’habitations ici, et nous croisons notre première et en fait seule voiture de la balade. Nous croisons par contre plus de vélos qui se promènent ici aussi. Il est amusant en général de voir leurs réactions en nous voyant paddler sur nos planches. Nous sommes au milieu des champs, la route serpente bordée par de jeunes roseaux.

Au croisement en T à la fin de la route, nous prenons une nouvelle fois à gauche, sur la Oosternieuwweg (ne vous inquiétez pas, après quelques temps on s’habitue bien aux noms des rues). De nouveau nous apercevons des fermes, et la route est bordée d’un ru, et encore de roseaux. Nous pouvons voir des hérons, des poules d’eau, des foulques au bord de l’eau. Sam profite du bon revêtement pour s’échauffer en pumping.

Nous continuons quelques kilomètres comme cela, jusqu’à retrouver le canal que nous avons quitté au tout debut de cette paddlade. Ici, au lieu dit de Nieuwege, il y a le choix, soit tourner tout de suite à gauche pour rester sur la même rive et retrouver la paddlemobile, soit traverser le pont pour aussi partir sur la gauche, mais pour entrer dans Bruges alors, passer à nouveau un pont pour revenir sur cette rive et arriver à la voiture, bref, un détour. Sam préfère évidemment faire le détour. C’est vrai que nous sommes en forme aujourd’hui, et la balade au calme, quasiment seuls est presque reposante.

Pour arriver au pont, il y a ici un petit passage de quelques mètres pavé à l’ancienne qui nous oblige à mettre pied à terre. Avant de traverser le pont, je vais montrer une autre chapelle à Sam. Celle-ci est enchâssée entre deux maisons. Hélas je réalise maintenant que nous n’avons pas pris de photos de la chapelle, juste des longboards devant elle.

Ensuite, nous passons le pont à pied pour cause de pavés, puis nous tournons à gauche su le chemin de halage goudronné le long du canal. La piste est nickel, le goudron est quasiment neuf, et nous avons un léger vent de dos. Nous croisons quelques bateaux, ainsi que les sempiternels cyclistes de la région. Sam se tape une bourre en pumping, et atteint son record de vitesse à cette époque. Moi j’en suis encore bien loin, mais les conditions de cette piste sont quand même optimales, et j’essaie de pumper le plus possible pour progresser.

Nous avons plus de 5km sur cette piste cyclable en bord de canal avant le prochain pont, et nous en profitons. Nous savons que nous arrivons à Bruges lorsque l’on passe devant la magnifique maison occupée par le club d’aviron de la ville. D’ailleurs à cet endroit deux jeunes nous regardent passer avec une certaine envie apparemment. Il faut dire que l’on voit aussi fréquemment des paddles sur l’eau qui partent de ce club, mais beaucoup moins de Land-Paddles.

Nous arrivons au plus récent des ponts de Bruges, avec son mécanisme bien particulier , le Scheepsdalebrug. Ce pont est un pont à bascule dont l’axe de bascule est perpendiculaire au cours d’eau. Il n’y en a que 3 au Monde si j’en crois Wikipedia. C’est sur celui-ci que nous traversons le Canal de Bruges à Ostende, pour revenir sur la rive où est garée la paddlemobile. Nous ne sommes plus maintenant sur une piste cyclable, mais sur une route, cependant assez large et peu fréquentée. Nous avons un léger vent de face mais qui nous perturbe à peine aujourd’hui (il est bien plus fort parfois), et nous faisons ainsi les derniers kilomètres pour rejoindre la paddlemobile après 18km de balade champêtre très agréable.

En résumé, il s’agit d’un parcours plat, assez roulant, peu fréquenté par les automobilistes au milieu de paysage typique de polder agricole. Il faut juste faire gaffe au vent le long du canal certains jours. Il s’agit d’une balade que j’ai refaite depuis, et sur laquelle j’ai aussi effectué quelques variantes en allongeant/réduisant le kilométrage.

A bientôt,
Enzo Rhode-Hagen

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils