Randonnée sur la côte Belge – par Enzo

Skate et Frites ont toujours fait bon ménage… Encore la preuve en image avec cette magnifique rando de nos 2 paddlers fous qui étaient 3 pour l’occasion.

D’autres infos sur la rando ICI ! Évitez de passer sur certaines images scandaleuses !

Bonjour,

Après notre petit échauffement à base de 9km et de hamburgers entre Flandre et Zélande relatée précédemment, nous nous dirigeons maintenant vers Knokke à bord de la Skatemobile de SamD.

Knokke, le Monaco Belge, Knokke le Zoute où le grand Jacques n’a pas fini sa carrière en chantant pour femmes finissantes comme il le redoutait, Knokke-Heist comme la ville est désormais nommée, avec ses galeries d’art ou l’on peut entrer sans arrière-pensée bien qu’elles exposent des artistes de renommée mondiale (j’y ai déjà vu du Magritte, du Jan Fabre, du Wim Delvoye, du Banksy, etc), sa place ‘m’as-tu vu’ où les Ferrari et les Lamborghini ne tournent pas tant à la recherche d’une place de parking que d’une exhibition automobilistique du bolide ;-). Etant passionné d’automobile (bah en fait passionné de tout truc ayant des roues je crois) et appréciant l’art en général, j’aime à y trainer de temps en temps, il y a toujours de quoi y satisfaire mes yeux.

Nous sommes toujours 3 à aborder la ville avec Vincent, SamD et moi-même. Nous nous garons dans la rue de la Reine Fabiola, et nous rendons sur le bord de mer pour avancer d’est en ouest, voir où cela va nous mener, nous n’avons pas de plan à proprement parler.

Vincent est sur la longboard avec le truck avant à pivot, SamD a pris sa G|Bomb préférée, quant à moi je suis toujours sur ma nouvelle Penny Longboard achetée le matin même. Nous sommes tous les 3 armés de nos paddles et de notre bonne volonté pour affronter le regard des passants.

Il y a du monde sur le front de mer vu que le soleil est là lui aussi, mais la piste cyclable et la zone piétonne sont bien assez larges pour que cela ne cause aucun problème. Après quelques minutes de paddling, un longboarder en famille est venu poser des questions à Sam pour savoir ce que c’était que ce sport, et ce dernier se fait un plaisir de lui expliquer. Comme d’hab’, il se révèle être un excellent ambassadeur pour le Street-Paddle.

Pendant ce temps je repère une galerie d’art exposant des œuvres de Cristo. Nous parquons les longboards et les sticks devant la galerie et décidons de rentrer, équipés de nos casques, protections de genoux, de coudes et de poignets. Nous sommes plus emballés qu’une œuvre de Cristo, ce qui a l’air de motiver le galeriste pour venir nous parler de 2 projets de Cristo : une sur la rivière Arkansas dans le Colorado, et l’autre sur le lac d’Iseo en Italie. Pour le moment il n’y a qu’à Knokke que j’arrive à avoir ce genre de discussions, d’habitudes les galeristes des autres villes sont plutôt du genre snob, et cela même quand je suis habillé normalement, pas comme ce aujourd’hui.

Après cet intermède culturel bien sympa, nous reprenons notre route le long de la mer, toujours en direction de l’Ouest, avec les grues du port de Zeebruges en point de mire. Nous nous arrêtons pour prendre quelques photos à la fontaine ou l’eau est rose, tout comme les briques autour. Ca fait un peu ‘Champagne rosé pour tout le monde’!

SamD fait des allers-retours vu que Vincent et moi-même sommes bien plus lents que lui, ou de temps en temps il s’amuse à descendre puis à remonter les accès à la plage.

Nous arrivons sur la Place Rubens, avec son pavage bleu, blanc, gris, noir qui roule pas mal. SamD s’amuse sur les différentes planches, avec ou sans paddle, s’entraînant aussi à monter la petite pente en pumping, pendant que nous nous reposons avec Vincent. Il faut faire assez attention ici, j’ai failli me prendre un gamin en moto électrique, tout heureux et étonné qu’il était de nous voir sur des skates avec des bâtons étranges. Il ne regardait pas ou il allait du coup et failli me rentrer dedans…

Après ce petit intermède / séance de repos, nous reprenons ensuite notre progression en bord de mer, toujours vers les grues de Zeebruges. Nous laissons le casino sur notre gauche, puis nous passons devant un restaurant pop-up qui sert pour une émission de télé flamande, encore un truc entre télé-réalité et concours de bouffe… Le caméraman présent filme d’ailleurs les jambes de Vincent sur le longboard lorsque celui-ci passe devant.

Nous continuons le long de la plage, et plus nous nous rapprochons de Zeebruges, et moins il y a de monde sur la promenade. Ceci nous permet de pouvoir tirer des bords face au vent, et de nous amuser encore un peu plus en faisant des virages.

Alors que nous sommes presqu’au port de Zeebruges, nous décidons de faire demi-tour, entre la balade de ce matin et les 10 km face au vent (pas trop fort cependant) que nous venons de réaliser, Vincent et moi-même trouvons qu’il est temps de retourner vers la Skatemobile si on ne veut pas rentrer en rampant chez moi ce soir.

Nous décidons d’ailleurs de faire une pause pour se reposer un peu (beaucoup !!!). Nous trouvons un bar de plage sur le sable, et nous allons nous y installer. Un arrêt rafraichissant à base de bière et de cidre frais, dans un bar de plage, sur le sable, voilà qui parfait l’illusion de vacances de ce petit week-end.

En reprenant notre route, il semble que sans le prévoir ni le savoir, nous ayons fait l’aller de la balade sur un petit faux plat montant à l’aller. Nous nous en rendons compte car cela nous rend le retour vraiment très agréable. Reposés, rafraichis, avec un léger vent de dos et un léger faux-plat en descente dans ce sens, tout roule super bien.

Nous arrivons enfin à la Skatemobile en reprenant exactement le même chemin qu’à l’aller, non d’ailleurs sans nous arrêter dans une autre galerie d’art exposant du Robert Steng. Nous sommes même encore en état de pouvoir profiter d’une petite balade à vélo dans Bruges le soir, histoire de montrer quelques cours de maisons dieu à Vincent, et de manger une glace pas super bonne près du béguinage.

Quelques remarques à propos de cette balade :

– La partie pour piéton est un peu plus roulante que la piste cyclable attenante de couleur rouge. La partie piétonne est constituée de briques autobloquantes installées en diagonale par rapport au sens de la marche, ce qui fait que cela roule plutôt bien. La piste cyclable a par contre ses briques de couleurs rouges installées perpendiculairement au sens de la marche, ce qui génère plus de bruit et plus d’accoups.

– La route longeant la piste cyclable n’est pas mal non plus, mais vu la largeur de l’espace dévolu aux piéton + piste cyclable, il est assez mal vu d’être sur la route. De plus, elle ne roule pas beaucoup mieux que la partie piéton. Enfin vu qu’elle est à sens unique, vous serez à contre-sens à l’aller ou au retour.

– Il y a quand même pas mal de monde en bord de plage les beaux jours, surtout au début de la balade, ce n’est donc pas un endroit recommandé pour débuter en Street Paddle. En effet, cela peut vite être étouffant ou déstabilisant lorsque l’on se concentre sur la position de ses pieds, de son paddle, et que l’on essaie de ne pas tomber. C’est d’ailleurs dans un soucis de ne pas respecter mes propres recommandations que j’y emmènerais Jérôme pour son initiation quelques semaines plus tard

– Etant en bord de mer, il y a du vent. Essayez donc de partir avec le vent de face pour revenir avec le vent dans le dos. Nous avons testé un peu l’inverse avec Jérôme ce week-end, et finir une balade vent de face n’est pas un plaisir, surtout pour les débutants que nous sommes.

– Les remarques des passants étonnés sont plus sobres qu’en France. C’est SamD qui me l’a fait remarquer, et c’est vrai. Vous verrez les gens chuchoter entr’eux en vous regardant ou en vous désignant, vous capturerez quelques ‘C’est nouveau’ ou ‘C’est pas mal’, et pas mal de ‘Oh regarde’. Tout cela reste beaucoup plus discret qu’en France ou il est rare de ne pas se faire arrêter au moins une fois lors de la moindre balade.

Voilà, à bientôt, en espérant vous avoir donner un peu envie de paddler au Plat-Pays.

Enzo Rhode-Hagen

2 thoughts on “Randonnée sur la côte Belge – par Enzo

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils